Contes et Nouvelles

Romans de Anaïs La Porte

  • Contes de Anaïs La Porte
  • Nouvelles de Anaïs La Porte
  • Romans de Anaïs La Porte
  • Contes de Anaïs La Porte
  • Nouvelles de Anaïs La Porte
  • Romans de Anaïs La Porte
  • Anaïs La Porte écrivain
  • Contes Nouvelles et Romans de Anaïs La Porte

Developed by jtemplate

 

 

Genre : science-fiction

Âge : adulte

Éditions Numeriklivre (disponible en numérique ou en impression à la demande)

Quatrième de couverture :

Mars 2179. L’ancienne capitaine de vaisseau, Vilma Bates, est interrogée par le Bureau des Investigations Intersolaires à propos d’une ancienne mission au commandement du Lewis&Clark, un éclaireur commercial.

2177. Lors de cette mission, elle et son équipage avaient pour objectif de retrouver les deux sondes Voyager, envoyées dans l’espace en 1977, bien avant le Reboot qui effaça toutes les données numériques terrestres. Malheureusement, le succès de leur tâche est entravé par de nombreux problèmes qui vont créer des tensions dans le vaisseau. Les vidéodisques portés par les sondes ont disparu. Qui les a enlevés ? Et pour quelle raison ? Ces interrogations les pousseront à avancer plus loin dans l’univers.

L’arrivée du mystérieux professeur Meclan à bord du navire va empirer les choses. Lui et le capitaine Bates semblent partager un secret capital à propos des messages portés par les sondes. Badger, l’ingénieur plus que retors, va contester le commandement de la capitaine. Même Chip, le chimpanzé IA du vaisseau ne saura temporiser tous les caractères s’opposant au sein de l’équipage.

Merci à l'auteur qui m'a gracieusement permis de découvrir ce roman :-)

Voyager est parfait pour ceux qui aiment les bons romans de SF (pas tout à fait hard SF mais pas loin). Il y a du vaisseau crédible, de la relativité, un soupçon de nostalgie de la conquête spatiale (forcément, avec un tel titre) et une belle galerie de personnages.

On se laisse immédiatement prendre au jeu de ce récit qui alterne deux lignes temporelles, jouant habilement de la tension dramatique : d'un côté, le procès de Vilma Bates nous permet de deviner que quelque chose a salement mal tourné au cours de cette équipée aux confins du système solaire ; de l'autre la mission de récupération des sondes Voyager, justement, tourne rapidement au huis-clos angoissant, ce qui m'a rappelé nombre de films du genre !

Le truc en plus : je ne sais pas comment appeler ça autrement que "la parité". Pour une fois, les deux sexes sont bien représentés, les rôles distribués sans clichés. Les femmes à bord de ce vaisseau ne sont jamais prises pour les potiches de service, juste bonnes à faire le café. Non, elles ne sont pas des femmes parce qu'il faut un élément séducteur, ou une demoiselle en détresse dans l'intrigue. Leur compétence, leurs actions n'ont rien à voir avec leur sexe.

Pour finir, mention spéciale à Chip le CHIMP. Excellente idée que celle d'adjoindre un primate surévolué à un équipage de vaisseau. Par ses réactions ironiques et son amitié avec la pilote, il m'a paru bien plus attachant que le reste de l'équipage, qui lui rend d'ailleurs des points en humanité...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Scroll to top